Le cannabis, un puissant moteur d’inspiration

cannabis-cerveau

Malgré le fait que les débats continuent de faire rage à propos du cannabis et de ses avantages pour l’homme, une chose reste sûre, cette substance constitue un puissant moteur d’inspiration pour ceux qui s’en servent. D’après plusieurs témoignages faits par des artistes, des célébrités, des jeunes, des peintres, des dessinateurs et autres, une certaine dose de shit est toujours indispensable pour faire des merveilles. Cela s’applique à une multitude de domaines, notamment l’art, la musique et même le sport où c’est très répandu. Certains d’entre eux recommandent une limite à la dose à consommer, mais les plus fanatiques se contentent de la version plus simple à savoir, plus on prend du cannabis, mieux c’est.

Un état second, parfait pour la créativité

Si vous voulez créer quelque chose de parfait, il est primordial que vous soyez inspiré. Selon les consommateurs de cannabis, cette inspiration se traduit par un état second où le sujet est en relation directe avec un monde imaginaire et spirituel, où sa perception des choses est exacerbée. Le cannabis se présente alors comme un moyen rapide et agréable de retrouver ces sensations, tout en restant d’une certaine manière connecté à ce monde. Certains artistes d’antan qui ont connu un succès phénoménal ont avoué avoir été inspirés après avoir fumé un joint de « Marie Jeanne », ou pris une forte infusion de thé à la Ganja, et même si beaucoup réfutent âprement ce fait, les résultats sont probants.
Prenons l’exemple de la star du reggae, Bob Marley qui proclama dans le monde entier que le cannabis était la source de l’inspiration. En dépit du fait que la véracité de ses déclarations aurait pu être mise en doute au sens pratique par Lucky Dube qui affirma dans une de ses chansons n’avoir jamais pris ce genre de drogue, il reste indéniable que le talent de Bob Marley a toujours été associé à ce qu’il consommait.

Quand la réalité part en fumée, l’inspiration s’installe

Beaucoup de gens, aussi bien des sportifs (de l’underground) que de simples artistes obscurs, ont reconnu que le cannabis les aidait à canaliser leurs idées et à trouver l’inspiration. Toutefois, beaucoup insistent sur la dose à prendre, car il semblerait que la politique de « l’excès en toute chose nuit » ne s’applique pas à la majorité des camés qui pullulent sur le marché. Certaines personnes qui se disent professionnelles pensent que l’inspiration ne vient qu’avec un certain degré de consommation, et que se mettre à planer carrément relève plutôt de l’amateurisme. Alors, si vous voulez faire des merveilles, fumez un joint de cannabis, mais pas trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>